La strip-teaseuse était nue dans ma piaule

Découvrez tous nos récits coquins et histoires courtes pour adulte.

Je voulais vous raconter mon histoire assez dingue avec une strip-teaseuse ! Pour vous la faire courte, je suis pas du genre «BG» même si je suis assez jeune et que je m’entretiens physiquement (je fais de la musculation en salle et un peu chez moi aussi) Je n’aime pas perdre mon temps à draguer les filles, alors que parfois je veux juste les mater sans forcément aller plus loin, donc je vais souvent dans des clubs de strip-tease. J’y ai mes petites habitudes dirons-nous… je connais toutes les filles, elles sont super sympas, on papote souvent ensemble. La dernière fois, il y avait cette petite nouvelle, Coralie. Une vraie bombe: grande, châtain, bien foutue, un visage de rêve. Les filles me l’ont présenté hyper gentiment. Résultat ? On a passé Ia soirée ensemble, à discuter de tout et de rien, assis sur les banquettes rouges. Elle était vraiment très gentille, très ouverte et je n’avais pas de mal à trouver de quoi converser. J ’ai même appris qu’elle était passionnée de cinéma… ce qui tombe bien, car j’avais fait toutes mes études Ià-dedans !

J’ai donc osé un truc que je ne fais jamais: je lui ai demandé si je pouvais l’inviter à l’exposition d’un réalisateur que j’aime beaucoup.
Et elle a accepté, en lui disant que c’était «enfin une sortie qui changeait des sorties habituelles on va boire un verre ?»

Je ne dirais pas que je n’avais pas envie de a baiser, car elle était magnifique mais à, j‘avais surtout envie de continuer à parler avec elle d’art et de cinéma. J’avais rarement eu des conversations avec quelqu’un de ce niveau de qualité.

L’exposition s‘est très bien passée, et nous sommes quittes bons amis. Nous nous sommes revus plusieurs fois: au club de strip-teaseuse, au cinéma, au théâtre même. Elle m‘a présenté à deux, trois de ses amis et moi aussi. Nous étions réellement « pote ». Et un jour, elle est venue chez moi, le lui ai dit que je la trouvais super belle, et que je ressentais beaucoup de choses quand je m’amusais avec elle.

Elle a eu l’air un peu surprise, et elle m’a dit qu’elle était «déjà prise» de toute façon, même si je lui plaisais beaucoup. J’ai complètement halluciné quand elle m’a avoué que je lui plaisais. Je pensais être vraiement quelqu’un d’inintéressant pour elle et cela m’a beaucoup touché. le lui ai demandé si elle acceptait de se mettre nue devant moi et de prendre des poses suggestives, comme elle faisait dans le club ça, ce n’était pas «tromper». Elle m’a embrassé sur le coin des lèvres, et elle s’est mise toute nue, dans ma piaule ! Je bandais comme un dingue. J’ai sorti mon smartphone pour prendre quelques photos d’elle. «je me branlerai après sur les images de son corps de rêve» pensais-je. Elle a été super, elle a vraiment joué le jeu jusqu’au bout, en exhibant bien sa chatte, son cul, ses seins. Elle était d’une beauté et d’une sensualité incroyable. Je ne sais pas quel homme méritait qu’aucun autre ne puisse la toucher, mais je savais qu’il devait vivre un bonheur fou à ses côtés. Elle m’a même permis de lécher la plante de ses pieds à la fin. Elle était géniale.

Elle m’a murmuré à l’oreille «je le fais pour toi car j’y prends moi-même beaucoup de plaisir.» Et là j’ai cru mourir ! Elle me rendait complètement barjot, mon érection devenait douloureuse. «Bon, je vais y aller,  on se voit la semaine prochaine au club ?» m’a-t-elle demandé en partant de ma chambre, un peu gênée car consciente que l’on avait franchi une nouvelle limite dans notre relation. Après son départ, je me suis masturbé à fond sur chacune de ses photos. Coralie, ma muse, ma bombe, mon fantasme absolu… et surtout, ma meilleure amie !

Samuel, 27 ans, Paris